Immobilier : qu’est-ce que le risque de tempêtes ?

Souvent redoutées, les tempêtes peuvent faire de sacrés dégâts. Heureusement, pour les futurs locataires ou futurs acheteurs d’un bien immobilier, il existe plusieurs moyens de connaître les dégâts passés et les risques existants liés aux tempêtes et ses conséquences. L’ERP est l’un de ces documents. Le propriétaire a l’obligation de remettre un document appelé “État des Risques et Pollutions” (ERP). Ce document officiel liste tous les risques naturels qui sont souvent des conséquences des tempêtes.
Immobilier : qu’est-ce que le risque de tempêtes ?

1/ Qu’est-ce qu’un risque de tempêtes pour l’immobilier ?

Pour commencer, rappelons ce que nous appelons une tempête. Une tempête est un phénomène climatique à caractère exceptionnel. Pourquoi une tempête est-ce “exceptionnelle” ? Une tempête est un phénomène violent où les vents moyens montent à une vitesse supérieure à 89 km/h. On entend parler aussi de vent de force 10 ou plus sur l’échelle de Beaufort. Pour les marins, cela représente 48 noeuds ou plus.

Une tempête peut toucher une ou plusieurs régions. Elle s’étend parfois sur un diamètre allant de 200 à 1000 km. Deux éléments sont significatifs d’une tempête : des vents et de la pluie à forte intensité. Parfois, des orages, de la grêle, du tonnerre ou encore des tornades localisés peuvent les accompagner. Concernant les tornades, elles sont considérées comme des tempêtes particulièrement violentes sur un endroit bien spécifique. Les vents peuvent alors atteindre 450 km/h, de quoi dévaster des communes et les biens immobiliers qui s’y trouvent.

2/ Quand et comment une tempête apparaît-elle ?

Une tempête, c’est la résultante de contrastes thermiques de l’air. Ce sont, en quelque sorte, deux couches d’air horizontales à température différente ou à teneur en eau différente qui se rencontrent. Plus que se rencontrer, elles se confrontent et donnent naissance à des vents violents.

Les tempêtes sont fréquentes en Europe, et encore plus en France par sa proximité avec l’Océan Atlantique. 3 tempêtes ont d’ailleurs fortement marqués la France (et ses biens immobiliers) :

  • la tempête de décembre 1999 appelée Lothar et Martin
  • la tempête de janvier 2009 appelée Klaus
  • la tempête de Février 2020 appelée Xyanthia.

Rien que ces 3 noms nous rappellent que l’ensemble de la France peut être touchée par des tempêtes. Comme nous le montrent aussi ces 3 tempêtes historiques, elles arrivent souvent en automne ou en hiver sur le territoire français. Le risque de tempête fait naître d’autres risques comme le risque d’inondation.

3/ Se renseigner sur l’historique et le risque de tempêtes lors d’un achat ou d’une location

Comme nous venons de le voir, le risque de tempête existe. Pour savoir si un département, une ville ou une commune ont été touchés dans le passé, le gouvernement a mis en place un registre des tempêtes (dont les relevés ont montré des vents supérieurs à 89 km/h).

Le site Géorisques référencent :

  • la fréquence des tempêtes (grêles et neige inclus) vécues par département de 1987 à aujourd’hui
  • le coût moyen des tempêtes cumulées par département de 1987 à aujourd’hui.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à consulter le site de Géorisques ici

L’Etat des Risques et Pollutions (ERP), lui, ne citera pas directement le risque de tempête. Par contre, l’ERP liste les risques conséquents au risque de tempête. C’est-à-dire ? Le risque d’inondation, principalement.

Que contient un État des Risques et Pollutions ?

4/ L’Etat des Risques ERP : le risque d’inondations, liées au tempêtes

Dans le document État des Risques et Pollutions (ERP, ex-ERNMT), une partie est dédiée aux risques naturels. Vous la reconnaîtrez sous le nom de “Situation de l’immeuble au regard d’un Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN)”. Les inondations sont un des risques naturels cités dans l’ERP. Les inondations sont souvent liées à des tempêtes. Elles en sont des conséquences, surtout dans les emplacement géographiques proches du littoral. Pourquoi ? En réalité, c’est un enchaînement de phénomènes naturels. Soit :

  • les vents violents sont accompagnés de fortes pluies. Celles-ci peuvent elles-même enclencher des inondations (crue, quantité d’eau très importante en un laps de temps court...).
  • les vents violents favorisent la création de vagues. Parfois, celles-ci ont une puissance qui dépassent les digues et atteignent les biens immobiliers par submersion. Bien sûr, ce cas concerne surtout les biens immobiliers proche de la côte et de la mer.

C’est pourquoi, il est important de croiser les données sur les tempêtes de Géorisques avec l’ERP. L’Etat des Risques et Pollutions, lui, indique :

  • si le bien immobilier est concerné ou non par un Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN).
  • si le bien immobilier est concerné ou non par un risque d’inondation.
  • si le PPRN a instauré des règles et des préconisations sur les bâtiments présents dans la zone où le risque d’inondation existe bien.

L’ERP précise le type d’inondation vécu sur la parcelle cadastrale (ex : par crue) mais aussi la date de ce phénomène naturel. Des éléments que l’on peut croiser facilement avec des dates de tempêtes.

Articles suggérés :

0

Comment créer un État des Risques et Pollutions en ligne ?

Lire l'article
1

Que contient un État des Risques et Pollutions (ERP, ex ERNMT) ?

Lire l'article
2

Les différents types d’inondations de l’État des Risques et Pollutions

Lire l'article