Immobilier : qu’est-ce que le risque volcanique?

Parmi les risques naturels étudiés dans l’État des Risques et Pollutions (ERP, ex-ERNMT), il en existe un dédié aux conséquences volcaniques. Même si le risque volcanique est plus rare que le risque de mouvements de terrain, il n’en est pas moins important. Aussi, contrairement à la pensée populaire, le territoire français est touché par le risque volcanique. L’État des Risques et Pollutions (ERP-ERNMT) est là pour informer et prévenir les futurs propriétaires et locataires de ce risque volcanique.
Immobilier : qu’est-ce que le risque volcanique?

1/ Qu’est-ce qu’un risque volcanique pour l’immobilier ?

Comme le suggère clairement son nom, le risque volcanique est directement lié à la présence d’un volcan. Celui-ci pouvant être plus ou moins proche de la parcelle cadastrale étudiée.

Pour rappel, un volcan est une structure géologique sous forme de cheminée par laquelle remonte le magma. Lors d’une éruption volcanique, le magma se manifeste sous forme d’un mélange d’éléments : de la lave, des gaz ou encore des éléments solides comme des roches en fusion.

Les volcans naissent à des emplacements précis. Tout est lié à la tectonique des plaques et l’existence de points chauds. Si un volcan comme le Piton de la Fournaise ou encore le Puy de Dôme sont apparus à cet endroit en France, ce n’est pas un hasard. Actif ou éteint, ce sont bien les éléments naturels qui ont créé ces différents volcans.

2/ Le risque volcanique, un critère variable selon le type de volcan

Le risque volcanique doit absolument prendre en considération le type de volcan positionné à proximité. Pourquoi ? Car il existe différents types de volcans et, de ce fait, différentes conséquences possibles.

Les volcans doivent être étudiés sur plusieurs critères :

  • Le volcan est-il actif, en sommeil ou éteint ?
    En effet, un volcan actif connaît des éruptions fréquentes et peut même connaître plusieurs éruptions en une année. D’autres volcans sont dits “en sommeil” car ils ne rentrent pas en éruption fréquemment. Néanmoins, leur dernière éruption ayant eu lieu il y a moins de 10 000 ans, ils sont donc à surveiller. Enfin, les volcans éteints ne se sont pas manifestés depuis plus de 10 000 ans. Par exemple, c’est le cas du lac Pavin en Auvergne qui est en réalité un ancien cratère.
  • Le volcan émet-il des éruptions brèves ou lentes ?
    Le volcan peut émettre des éruptions brèves et puissantes ou des éruptions lentes. Cela peut durer de quelques jours, quelques semaines ou encore plusieurs années. Peut-être vous souvenez-vous de l'éruption de l'Eyjafjöll en 2010. Non ? Il s’agit d’un volcan islandais qui a émis des nuages de cendres sur une bonne partie de l’Europe, paralysant une partie des transports européens.
  • Le volcan se situe-t-il à proximité de ville (ou village) ou de structures importantes ?
    Un éruption est source de dégâts. Selon les endroits, la population vit plus ou moins proche du volcan. Par exemple, c’est le cas des Réunionnais qui vivent au pied du Piton de la Fournaise. Les habitants ont bien conscience du risque existant.

Chaque volcan est bien spécifique. Ces 3 critères sont déjà une aide précieuse pour prendre en considération le risque volcanique potentiel. Cette approche permet déjà de se préparer aux résultats de l’État des Risques et Pollutions (ERP) sur ce risque.

3/ Quelle région est concernée par le risque volcanique en France ?

Nous avons parfois du mal à y croire. Et pourtant, la France est aussi concernée par le risque volcanique.

Différentes zones de risque volcanique pour différentes régions françaises

  • Une zone de risque volcanique directe et actuelle. En France, elle se situe principalement en Outre-mer où on dénombre quatre principaux volcans actifs. Vous les connaissez certainement : le Piton de la Fournaise à La Réunion, la Montagne Pelée en Martinique, La Soufrière de Guadeloupe et le volcan sous-marin de Mayotte.
  • Une zone de risque volcanique latent. Là, il s’agit des régions où se situent des volcans en activité ou dits “en sommeil”. Pour ces zones, on peut citer l’Auvergne (avec le Puy de Dôme, par exemple), la Polynésie, les Terres Australes et Antarctiques Françaises…
  • Une zone de risque volcanique distant. Ici, ce sont les volcans étrangers qui menacent le territoire français. Citons l’Etna en Italie qui est encore entré en éruption en 2021 ou encore l'Eyjafjöll en Islande. La métropole peut alors être impactée indirectement.

4/ Le risque volcanique : quelles conséquences pour l’immobilier ?

En réalité, les volcans peuvent avoir de réelles conséquences sur une parcelle immobilière. Suite à une éruption, le bien immobilier peut être victime de dégâts directs liés à :

  • des coulées de lave
  • des bombes volcaniques
  • des pluies de cendres
  • des coulées pyroclastiques
  • des lahars
  • des émissions de gaz

Des conséquences indirectes existent aussi comme :

  • des glissements de flancs
  • des tsunamis (surtout dans le cas de volcan présent sous les océans).

Dans l'État des Risques et Pollutions (ERP-ERNMT), lorsque le risque volcanique est coché, cela signifie qu’une ou plusieurs de ces conséquences peuvent éventuellement se produire. Alors, la parcelle de votre bien immobilier est-elle concernée par le risque volcanique ? Il est temps de le savoir.

Articles suggérés :

Comment créer un État des Risques et Pollutions en ligne ?

Comment créer un État des Risques et Pollutions en ligne ?

Lire l'article
Que contient un État des Risques et Pollutions (ERP, ex ERNMT) ?

Que contient un État des Risques et Pollutions (ERP, ex ERNMT) ?

Lire l'article
Immobilier : qu'est-ce que le risque de mouvements de terrain ?

Immobilier : qu'est-ce que le risque de mouvements de terrain ?

Lire l'article