Qu’est-ce que le diagnostic ERNMT mesure ?

L’État des Risques Naturels, Miniers et Technologiques (ERNMT) est un document officiel et obligatoire pour toute mise en location ou vente d’un bien immobilier. En quelques années, il a su se faire connaître et a fait parler de lui. Il a d’ailleurs connu de nombreuses évolutions, au point de changer (souvent) de nom. L’ERNMT s’appelle désormais l’ERP pour État des Risques et Pollutions. Que mesure l’ERNMT exactement et quelle différence avec l’ERP ? On vous explique.
Qu’est-ce que le diagnostic ERNMT mesure ?

1/ Les risques étudiés et le contenu d’un diagnostic ERNMT

Comme son nom l’indique, le diagnostic ERNMT étudie différents types de risques. Ceux-ci sont étudiés en fonction d’un emplacement géographique donné. Vous y retrouvez :

  • les risques Naturels (le N de ERNMT)
    Instinctivement, ce sont souvent les premiers risques auxquels nous pensons. Pourquoi ? Car nous conseillons souvent de poser des questions à ce sujet aux propriétaires actuels. Par exemple, il est fréquent de demander si l’habitation a déjà été inondée ou a subi un incendie. Pour les habitations situées dans des zones montagneuses, surtout en haute-montagne, il est courant (et nous vous le conseillons !) de demander si le logement a été victime d’avalanches. L’ERNMT ne s’arrête pas là : il mesure et communique tout ce qui est plus rare et qui s’approche de la catastrophe naturelle comme les séismes ou les éruptions volcaniques. En effet, ce type de phénomène est beaucoup plus rare en France, voire quasi inexistant. Néanmoins, ces types de risques, même rarissimes sont étudiés.

  • les risques Miniers (le M de ERNMT)
    Les risques miniers, ce sont l’évolution qui a caractérisé la naissance de l’ERNMT. Anciennement appelé ERNT, il est devenu ERNMT à l’ajout des risques miniers. M comme Miniers… mais à quoi cela correspond-il exactement ? Il s’agit de l’analyse des sols et plus particulièrement la présence d’anciennes carrières en sous-sol. Parfois méconnus, souvent invisibles, ceux-ci peuvent toutefois provoquer des mouvements de terrains avec des conséquences sur les habitations.
    Prenons un exemple : la ville de Paris. Il est courant de dire qu’il existe une seconde ville parisienne, juste en dessous de la première. Ce Paris souterrain n’est pas visible directement et pourtant, il existe bien. C’est pourquoi un État des Risques et Pollutions (ex-ENRMT) effectué sur une adresse parisienne intra muros a de fortes chances de voir apparaître des risques miniers sur son diagnostic.

  • les risques Technologiques (le T de ERNMT).
    Des mesures sur les risques technologiques sont également effectuées. Comment cela fonctionne-t-il ? Nous savons qu’une activité industrielle est souvent amenée à utiliser des matières estimées dangereuses. Matières explosives, composants chimiques dangereux, activités nucléaires… : si l’usine en question utilise des matières dites dangereuses par la législation, alors elle rentre dans une zone dite « SEVESO ».

LE SAVIEZ-VOUS : pourquoi une zone à risque est appelée SEVESO ?

Le mot “SEVESO” a tendance à nous donner des frissons et à créer un sentiment de méfiance. Nous nommons une entreprise ou une zone “SEVESO” lorsque l’entreprise en question manipule, fabrique, emploie ou simplement entrepose du stock de matières dangereuses.

De quand date cette expression et d’où vient-elle ? Cela se passe en Italie, le 10 juillet 1976 : un nuage de toxines se répand dans l’air environnant d’une usine italienne basée dans le village de Seveso. Suite à cette triste aventure, “SEVESO” en est devenu un adjectif européen. Toute entreprise “SEVESO” doit avoir une surveillance d’autant plus renforcée.

2/ L'État des Risques et Pollutions (ERP), le remplaçant de l’Etat des Risques Naturels, Miniers et Technologiques (ERNMT)

Ces dernières années, l'État des Risques Naturels, Miniers et Technologiques (ERNMT) a connu plusieurs évolutions. Avant l’ERNMT, nous parlions d’ERNT. Désormais, nous parlons d’ERP pour État des Risques et Pollutions.

Pourquoi ces changements ? Plus que des changements, il s’agit de progrès. Chaque évolution est signe de plus de transparence. Chaque évolution symbolise une étape où de nouveaux risques sont étudiés et communiqués via le formulaire. Le but reste le même : informer les futurs propriétaires et locataires des risques connus.

L’ERP, plus de risques étudiés que l’ERNMT grâce au Secteur d’Informations sur les Sols

Vous l’aurez compris : il ne s’agit pas juste d’un nouveau nom plus facile à retenir et plus rapide à prononcer. En réalité, c’est la création des SIS (Secteurs d’Informations sur les Sols) qui a bousculé les choses. L’État des Risques Naturels, Miniers et Technologiques (ERNMT) a vu de nouveaux risques liés au sol apparaître. Par exemple : la présence d’une ancienne usine polluante à proximité du bien immobilier. L’Etat des Risques et Pollutions réunit donc tous les risques étudiés de l’ERNMT et ajoute les risques de pollution des sols. Un plus non négligeable et appréciés des futurs locataires et propriétaires.

Pour visualiser davantage le contenu actuel d’un ERP (ex-ERNMT), voici un exemple du formulaire d'État des Risques et Pollutions :

À SAVOIR : L’ENSA, NOUVEAU DIAGNOSTIC POUR LE BRUIT

Depuis Juin 2020, l’État des Risques et Pollutions se complète par l'État des Nuisances Sonores et Aériennes, un diagnostic propre dédié au bruit. Ce sont bien 2 documents distincts. Néanmoins, chez FRANCE ERP, il vous suffit de faire une demande pour obtenir les 2 documents en même temps.

Articles suggérés :

0

Qu'est-ce que l'État des Nuisances Sonores Aériennes (ENSA) ?

Lire l'article
1

Où trouver un état des risques et pollutions ?

Lire l'article
2

Que contient un État des Risques et Pollutions (ERP, ex ERNMT) ?

Lire l'article